Notre accompagnement > "Portraits d'avenir" > Production laitière avec transformation - Samuel Halleux (02)

Production laitière avec transformation - Samuel Halleux (02)

Mardi 9 Février 2016

«  Je suis producteur d’avenir »

Samuel HALLEUX – 31 ans

Ses Productions : Lait – transformation, 150 ha dont 100 ha de pâtures et 150 Vaches laitières PH Flamande, 

Installé depuis ….

Formation …

GAEC à Haution (02)


Pourquoi t’es-tu installé ?

J’ai toujours voulu faire ce métier, c’est une passion. Mon grand-père a créé l’exploitation, puis mon père et mon oncle se sont installés Hors cadre familial et ont ainsi agrandi l’exploitation. C’est une question d’envie, un métier autonome et on est maître de ses décisions.

 

D’où t’est venue l’idée de la fromagerie ? 

Ma tante souhaitait rejoindre l’exploitation. Le projet de transformation était une opportunité, le syndicat du Maroilles était à la recherche de producteurs pour développer la production de l’AOC Maroilles. Nous avons dans un premier temps créé un emploi, puis petit à petit augmenté la production. Aujourd’hui, on compte 2 ½ salariés sur la fromagerie et 200 000 L de lait transformés sous l’AOC.

 

As-tu eu des contraintes pour la transformation ?

La production de Maroilles est soumise à un cahier des charges. Il y a des exigences comme la quantité d’herbe par vache. Nous sommes tenus d’avoir une quantité de lait constante pour répondre au besoin de la fromagerie et le respecter.

Il faut de l’herbe toute l’année il est primordial de savoir la gérer.

 

Quels sont les intérêts de la transformation ?

Créer de l’emploi

Permet de valoriser le lait. L’exploitation est donc moins impactée par la conjoncture.

 

As-tu eu des aides lors de ton installation ?

Etat + ex-région Picardie : coup de pouce lors de l’installation. L’exploitation est continuellement en développement, chaque jour une idée est née, reste à savoir comment les mettre en œuvre c’est pour ça que mon arrivée n’a pas entrainé de développement significatif.

 

Quel a été ton parcours ?

Beaucoup de temps à accorder aux différents rendez-vous, double parcours = double stage. Travail administratif énorme. L’ensemble des démarches m’ont demandé 1,5 an.

 

Comment vois-tu l’avenir ?

Mon objectif : Système économiquement performant et + d’autonomie alimentaire possible.

Je vais minimiser les achats extérieurs pour subir le moins possible la volatilité. Bien savoir exploiter l’herbe et la valoriser dans les rations et donc dans les productions (développement du pâturage).

Personnellement : Tout ça sans négliger la vie de famille.